Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comprendre avec le coeur (2)

31 Août 2012

Voilà donc ce nouveau-né avec ses carences (notamment sur le plan de la motricité et des processus cognitifs : il ne comprend rien, ne parle pas …).

Probablement pour permettre la naissance, le cerveau était le plus petit possible et n'était pas « achevé ». Ce qui avait l'air compliqué, si on en juge par les moyens mis en œuvre pour cette naissance : fontanelles, souplesse des os du crane, souplesse des articulations du bassin de la femme permettant de gagner les quelques millimètres nécessaires. D'autres mécanismes sont mis en jeu, bien sûr.

Donc, le voilà. Et, puisque nous sommes des animaux d'expérience, s'ouvre une nouvelle phase d'apprentissage.

Car ça a commencé bien avant puisque, semble-t-il (si j'en crois futura-sciences.com, ma source documentaire nprincipale actuellement), à la naissance, un bébé est capable de reconnaître les intonations du langage de sa mère, il a mémorisé certaines goûts (par le placenta puis par le lait, maternel ou autre, ce qui conditionne déjà son avenir et ce, déjà, à l'insu de son plein gré, eh oui !!) ...

Et pendant cette phase d'apprentissage, qu'apprend ce nouveau-né ?

Manifestement tout ce qui passe à sa portée

Le fait que ce soit « présenté » par ses parents, personnes à qui il ne peut, par la force des choses, que faire une totale confiance (méritée dans la (très?) grande majorité des cas) joue-t-il un rôle dans l'acquisition de notions nouvelles (probablement) dans la pérennité des notions acquises ( ? )

On conçoit évidemment qu'à cet âge, le bébé n'a que peu de moyens (aucun?) de contrôler ce qui lui est appris

Et c'est ainsi, à mon avis, que se constitue le socle de ce qu'on peut appeler : comprendre avec le cœur. La raison, l'alternative, n'est pas encore apparue.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article