Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #education tag

C.a.l.c (3) : les contes (1)

10 Septembre 2012 Publié dans #psychologie, #éducation, #laïcité, #religion

C.a.l.c. : comprendre avec le cœur

J'ai vu, en période électorale, le début d'une émission de télévision consacrée aux partis royalistes. Une femme disait, en substance : « on m'a toujours raconté des histoires de rois, princesses, je lis à mes enfants des hitoires de rois, reines, princes et princesses, la France a été un royaume pendant des siècles. La royauté, c'est naturel »

Quelle justesse d'observation et quelle naïve et délicieuse façon de confondre cause et conséquence.

Ce genre de conte s'articule autour du couple princesse(ou prince)-serviteurs dévoués. Car, c'est bien là le plan et l'arrière-plan de ce genre d'histoire. Evidemment, tout le monde s'imagine dans le rôle de la princesse et avoir à son service des serviteurs dévoués, mais dans le même temps, tout le monde est préparé au serviteur dévoué (en avoir ou en être?), récompensé en la personne de son chef. Ce genre de truc marche dans les deux sens, n'est-ce-pas. Quel rêve pour un pouvoir « esclavagiste » que de formatter les gens à être des serviteurs dévoués !! On retrouve là notre statut d'animal socialement organisé. Mais qu'en est-il de notre statut de prédateur ?

On conçoit donc facilement que l'enfant s'imprègne et imprègne son imaginaire (qui deviendra son inconscient (ça? surmoi ? au sens freudien du terme), définira éventuellement ses rêves d'avenir…. ) qui deviendra au moins en partie sa vie quotidienne, de ces notions quasi-sacrées puisque transmises par les parents qui, eux-mêmes les ont reçu de leurs parents etc....

Tout ça, sans que l'enfant ait un quelconque moyen de comprendre ce qui se passe, sans même qu'il en ait le moindre souvenir, puisque ça se passe avant même qu'il ait acquis la possibilité de fabriquer des souvenirs. Et pourtant ça structure en partie sa personnalité et son rapport à la vie et aux autres

Allez, je pousse le bouchon : soit une famille fanatiquement républicaine qui raconte à ses enfants des contes traditionnels porteurs de cette structure maitre-esclave (il y en a d'autres). L'enfant est structuré, architecturé, autour de cette structure maitre-esclave qu'il incorpore. L'adulte qu'il devient développe une pensée fanatiquement républicaine (par définition) et se retrouve, en fait porteur de ces deux lignes de vie qu'il transmet par deux voies différentes de « visibilités » différentes ( une « cachée »), dont une ligne remonte à un passé lointain, haï et pourtant soigneusement transmis de génération en génération.

La réalité, on s'en doute, n'est jamais aussi caricaturale.

Alors, cause ou conséquence : les deux, bien sûr, selon que l'on s'intéresse à l'espèce ou à l'individu.

Lire la suite