Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #philosophie tag

Comprendre avec le cœur : les contes (5)

5 Novembre 2012 Publié dans #politique, #religion, #psychologie, #philosophie

On voit que l'environnement a un rôle important dans la structuration de la personnalité de l'individu.

Mais on peur aller au-delà : pendant cette même émission, Boris Cyrulnik a dit quelque chose comme « les neurosciences m'ont appris » que quelque chose comme « les circuits de la mémoire sont les mêmes que ceux de l'imagination »

Et ça, ça ouvre un abîme vertigineux dont la phrase «  En revanche, tout le monde n’a pas des intentions aussi louables et cette découverte ouvre aussi un peu plus la porte aux travers de la manipulation mentale » est un « magnifique exemple »

Lire la suite

Comprendre avec le coeur : les contes (4)

1 Novembre 2012 Publié dans #religion, #psychologie, #philosophie

Le 27 septembre 2012, la grande librairie recevait Boris Cyrulnik. Pour moi ce monsieur, psychiatre et psychanaliste, représente en quelque sorte le meilleur des deux mondes. Dans cette émission, il donnait une information et un témoignage

D'abord, le témoignage. Mais, décidément, je dois être marqué par le destin, cette vidéo n'est plus disponible. Je vais donc m'en remettre à ma mémoire.

Boris Cyrulnik racontait comment, à l'âge de 10 ans je crois, il avait du s'enfuir, avec l'aide d'une infirmière blonde. A ce moment, l'animateur a fait une allusion (que je n'ai pas vraiment écoutée) su son goût pour les blondes (je crois). Ensuite, Boris Cyrulnik dit avoir recherché cette infirmière, l'avoir retrouvée et avoir constaté que, à cette époque, elle avait les cheveux "d'un noir de corbeau"

Si je ne suis pas trompé (mais comment le savoir ?), il s'agit là d'une magnifique illustration de la phrase "ce qui peut conduire un individu à déformer la réalité dans certaines circonstances, en toute bonne foi".

Lire la suite

Kant

14 Août 2012 Publié dans #Philosophie, #religion, #laïcité, #politique

J'ai toujours été attiiré par Kant, ses titres ... mais j'ai toujours eu du mal à comprendre pourquoi, à partir de bons prémisses, il n'aarivait pas à la bonne conclusion (bonne pour moi, bien sûr)

D'abord une citation : "La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes, après que la nature les a affranchi depuis longtemps d’une (de toute) direction étrangère, reste cependant volontiers, leur vie durant, mineurs, et qu’il soit facile à d’autres de se poser en tuteur des premiers. Il est si aisé d’être mineur ! Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendement,( … ), je n’ai vraiment pas besoin de me donner de peine moi-même. Je n’ai pas besoin de penser pourvu que je puisse payer ; d’autres se chargeront bien de ce travail ennuyeux"

"la paresse et la lâcheté"... Un paysan, un ouvrier qui s'échinent à longueur de journée à tenter de vivre et de faire vivre leur famille sont lâches et paresseux ? C'est n'importe quoi, mais tellement "banal" dans notre monde moderne.

Je ne peux pas m'empêcher de penser aux infos télé qui disent par exemple : les paysans ne peuvent pas vendre ce produit plus de ...euros aux grandes surfaces d'un côté; les consommateurs ne peuvent pas acheter ce produit moins de 10 fois plus cher de l'autre côté. Ca colle pas

N'y a-t-il pas autre chose ? Du genre l'acquisition des connaissances, l'utilisation des connaissances, etc ...

Comment Kant a-t-il pu écrire de pareilles choses ?

Trouvé dans "Métaphysique des mœurs"  : "le jeune Kant reçut dans sa famille une éducation essentiellement religieuse dans l'esprit du piétisme protestant. On appelait ainsi une forme du protestantisme dans laquelle l'esprit de discussion et de critique devait céder le pas à la piété. C'était par le coeur plutôt que par la raison qu'il fallait interpréter l'écriture." (site de la BNF, page 12).

Comme d'autres à mon avis  (par exemple Freud, Marx...), Kant n'a pas su se départir de sa "culture originelle" ( ce qu'il a dans le cœur) et offrir une organisation nouvelle à des concepts nouveaux.  Ces concepts potentiellement libérateurs sont ainsi devenus des instruments de répression.

Pourquoi Kant a-t-il pu écrire de pareilles choses ?

Il a dit ce qu'il avait sdans son cœur

La question qui se pose est bien sûr : qu'est-ce donc qu'il y a dans le cœur et comment ça y vient ?

Lire la suite